Desteuque, rue Eugène [1903].

<=place des Martyrs-de-la-Résistance, => 4-6, boulevard de la Paix.
300 mètres de longueur.
Ancienne rue Sainte-Marguerite, débaptisée sous Charles Arnould, dans le quartier où vivait Eugène Desteuque, 9, rue Saint-Symphorien.

(1816-1896). Adjoint au maire. Né à Reims le 14 octobre 1816, décédé à Villers-Allerand (Marne) le 11 juillet 1896. Eugène-Desteuque, fabricant de tissus, juge au Tribunal de commerce, conseiller municipal en 1874 puis adjoint au maire de Reims de 1878 à 1892, fut aussi maire de Villers-Allerand. Il épousa à Reims, en 1850, Adèle Palloteau (1829-1910) qui légua, en 1910, à la Ville de Reims une superbe propriété « La Rosière », située à Villers-Allerand, pour y installer son école de Plein-air. Leur fils, Charles Desteuque (1851-1897), défraya la chronique scandaleuse de la Belle Epoque sous le nom d’Intrépide Vide-Bouteilles. Chevalier-servant de La Goulue, il lança dans le demi-monde, entre autres, émilienne d’Alençon et Liane de Pougy. Raoul Ponchon, dans sa Muse au cabaret, rima son oraison funèbre. Les Desteuque reposent tous trois au Cimetière du Nord. Source : Jean-Yves Sureau, La Vie Rémoise

 

Photographie 1960 Marcel Bourquin,

Collection personnelle

 

eugene-desteuque-e.jpg

 

Retour à l'accueil