Talleyrand, rue de [1816].

<=8-10, rue de Vesle, =>37-39, rue Thiers.
460 mètres de longueur.
Ancienne rue de la Comédie, ainsi dénommée en 1778, pour la partie qui commençait rue de Vesle, et qui devint rue de Talleyrand en 1816, et ancienne rue de Gueux, pour la partie qui allait de la rue Noël à la rue de l’Étape. Ces deux rues furent réunies sous le même vocable en 1841.

(1736-1821). Né à Paris le 16 octobre 1736, y est mort le 20 octobre 1821. Alexandre Angélique de Talleyrand-Périgord, aumônier du roi, abbé du Gard, coadjuteur de l’archevêque de Reims en 1766, abbé d’Hautvillers en 1769, président suppléant de l’assemblée quinquennale du clergé en 1770, archevêque de Reims le 27 octobre 1776, il fut député du clergé aux États-Généraux de 1789 et émigra l’un des premiers. Il se lia en exil avec le comte de Provence et fut nommé grand aumônier de Louis XVIII en 1808, pair de France en 1814. On lui confia l’administration générale des cultes en 1816. Il fut nommé cardinal le 28 juillet 1817 et archevêque de Paris dont il ne prit possession du siège qu’en 1819. Il était l’oncle du célèbre diplomate et ministre Charles Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838), prince de Bénévent, qui fut ordonné prêtre dans la chapelle du palais archiépiscopal de Reims le 18 décembre 1779, et nommé par son oncle vicaire général du diocèse de Reims, avant de devenir évêque d’Autun. Son épiscopat fut bénéfique pour l’Église de Reims ; en outre, Mgr de Talleyrand prit d’heureuses initiatives sur le plan social. C’est ainsi qu’il obtint en 1785 la démolition de la rue de la Comédie, qui était le tronçon de l’actuelle rue de Talleyrand compris entre rue de Vesle et rue des Élus. Cette rue – plutôt ruelle – était très étroite et coudée, les maisons vétustes ; la nouvelle voie reçut son nom en témoignage de reconnaissance. Talleyrand créa la Caisse de prêt gratuit, devenu Mont-de-Piété en 1822, ainsi que la Caisse des incendiés qui secourait les sinistrés. Pour sa résidence à la campagne, Mgr de Talleyrand fit construire le magnifique château de Saint-Thierry, à la place de l’ancien monastère en ruines. Il fut inhumé à Notre-Dame de Paris et son cœur fut transféré à Reims pour être déposé dans le tombeau de saint Remi. Source Jean-Yves Sureau dans La Vie Rémoise

 

Cette carte a été envoyée le 14 octobre1915

 

talleyrand-copie-1.jpg

Retour à l'accueil