La reconstruction de Reims commence dès la fin de la Grande Guerre. Mais avant de reconstruire, il fallut d'abord repérer et désamorcer les obus qui n'avaient pas explosés, puis déblayer les ruines.

La priorité fut donnée au déblaiement et à la reconstruction des bâtiments destinés aux services publics et aux commerces d'alimentation, et à la remise en état des maisons d'habitation endommagées sans avoir été détruites.
La reconstruction des maisons d'habitation ne fut véritablement engagée qu'à partir du début des années 1920.
 

La municipalité élue en novembre 1919 et son maire Charles ROCHE,  firent appel au major de l'armée américaine George B. FORD. Celui-ci élabora un plan de reconstruction ambitieux qui fut adopté en avril 1920.

Si l'effort de reconstruction a été exceptionnel les premières années, il se heurte ensuite à un problème financier.
Du fait de l'inflation, les crédits dommages de guerre calculés en francs 1914 ne permettent plus la réalisation de programmes importants à partir de 1926.
Les conséquences en sont un arrêt brutal de la construction et la réalisation de programmes de plus en plus réduiits : suppression d'un ou plusieurs étages pour rester dans l'enveloppe financière de départ.

De nombreux terrains même en plein centre ville resteront vides formant autant de dents creuses dans le tissu urbain. Certaines de celles-ci marquent encore fortement l'image de la cité actuelle. 

Sources : CNDP/CRDP-Reims

 

CPA : collection Béatrice Keller, la carte postale a circulé en 1929. 

 

RCondorcet-BK-copie-1.jpg

 

 

 

06-RCondorcet-BK-RA-copie-1.jpg

 

 

Photo / Montage : Béatrice Keller

 

 

Retour à l'accueil