Poittevin, place Gaston [1946].

<=45-60, rue Clovis, =>29-42, rue Boulard.
36 x 36 mètres.
Ancienne place Clovis, créée et dénommée en 1864, dont la dénomination faisait double emploi avec la rue du même nom, et qui se trouvait dans les limites de l’ancienne circonscription de Gaston Poittevin. Le changement fut fait à la demande du Syndicat des Vignerons de la Champagne délimitée, de la Section rémoise de la Ligue des Droits de l’Homme et du président du Comité du Monument que ses amis projetaient d’élever à sa mémoire. Une pétition des habitants, en 1873, la mentionne sous le nom de place Boulard.

(1880-1944). Député. Né à Cumières (Marne) le 15 juillet 1880, décédé au camp de Buchenwald le 18 mars 1944. Gaston Léon Adolphe Jules Eugène Victor Alphonse Poittevin, vigneron, fut l’un des fondateurs du Syndicat des vignerons de la Champagne. En 1919, les vignerons l’envoyèrent à la Chambre des députés, le premier des élus de la Marne à être député vigneron. Franc-maçon, Poittevin siégea à la Chambre jusqu’en 1936, comme représentant de la première circonscription de Reims. Chevalier de la Légion d’honneur en 1936. Déporté, il mourut de privations et de douleurs, au début de 1944, quelques semaines avant la Libération. Il épousa en 1905 Pauline Clotilde Nicaise.

Clovis, rue [1864].

<=95-99, rue de Vesle, =>82-84, rue de Venise.
Ancienne rue d’Amour. Une ordonnance du 29 avril 1839 fut prise pour son prolongement à droite et à gauche de la rue de Vesle (voir rue Jeanne-d’Arc). En 1856 on projeta de la faire partir des Promenades pour rejoindre la rue Folle-Peine. Elle fut ouverte de la rue de Vesle à la rue des Carmélites en 1858. La partie de la rue Folle-Peine, comprise entre la rue du Jard et la rue de Venise, prit le nom de Clovis.
782 mètres de longueur.

(465-511). Né vers 465, mort à Paris le 27 novembre 511. Clovis, roi des Francs, dont l’épouse, sainte Clotilde, avec l’aide de sainte Geneviève et de saint Remi, réussit à le convertir au christianisme. Catéchisé par le prêtre de Toul, saint Waast, évêque d’Arras, Clovis fut baptisé par saint Remi, assisté de saint Médard et de saint Godard, dans le baptistère de la cathédrale de Reims, le 25 décembre 496, en même temps que ses sœurs Arboflède et Lantilde, ainsi que 3000 hommes, l’élite de la cour et de l’armée. C’est lors de la bataille de Tolbiac que Clovis se serait écrié « Dieu de Clotilde, Dieu de Remi, donnez-moi la victoire, et je serai chrétien ». Clovis tint parole, et le fier Sicambre arriva à Reims, se jeta aux genoux de saint Remi et demanda le baptême en promettant de brûler ce qu’il avait adoré et d’adorer ce qu’il avait bûlé. C’est ainsi que par saint Remi, la France est devenue chrétienne. Le Saint Chrême fut apporté par une colombe qui tenait en son bec une fiole qu’elle offrit au Pontife. Cette sainte Ampoule, pendant quatorze siècles, consacrera les rois de France.

Boulard, rue [1864].

<=32-38, rue Brûlée, =>35-37, boulevard Paul-Doumer.
450 mètres de longueur.
Ancienne rue Marlot, pour la partie supérieure de la rue, comprise entre la rue Brûlée et la rue Marlot actuelle. Ce tronçon porta avant 1841 le nom de rue des Treize-Maisons. Elle prit son nom actuel lorsqu’elle fut prolongée en 1864, à travers le Grand Jard, jusqu’au port.
On a longtemps écrit Boulart, avec un t, et Gustave Laurent demanda dès 1903 que l’on modifia la plaque, ce qui n’était toujours pas fait en 1933.

(1776-1842). Général d’artillerie. Né à Reims le 20 mai 1776, mort à Besançon le 20 octobre 1842. Jean-François Boulard assista aux plus grandes batailles de la République et de l’Empire ; son nom est inscrit sur l’Arc de triomphe de l’Étoile. Il fut inspecteur général d’artillerie et reçut la grand’croix de la Légion d’honneur.

 

Aucune plaque au murs de cette place... rien sur le plan Interactif de la Ville de Reims, merci à Jean-Yves Sureau qui la mentionne bien dans Les noms de rues de son site La Vie rémoise

 

Pas de date précise. Carte postale ancienne : collection personnelle

place-clovis.jpg

Retour à l'accueil